QU'EST CE QUE LA COMMUNICATION BIENVEILLANTE ?

La communication bienveillante utilise les processus de communication de la Communication Non Violente CNV crée par Marshall ROSENBERG (les mots sont des fenêtres ou des murs) et également les outils de communication de la méthode ESPERE de Jacques Salomé (Pour ne plus vivre sur la planète TAIRE), la grammaire des émotions d'Isabelle FILLIOZAT

Elle concerne toutes personnes ayant envie de vivre des relations saines et des communications non violentes et plus encore les personnes en relation avec des enfants : parents, grands-parents, enseignants, éducateurs, personnes travaillant dans les crèches, halte-garderie, médiathèques… Soutenir les professionnels de la petite enfance et de l’enfance dans leurs tâches d’éducation des enfants citoyens de demain.

Très concrète, vivante, et applicable immédiatement, elle nous fait explorer comment transmettre nos messages et nos valeurs à nos proches, avec efficacité dans le respect de chacun.

Sa fonction pragmatique propose des repères concrets, des balises, des outils, en suscitant  le respect dans les relations plutôt que l'affrontement, la prise de pouvoir ou la dépendance. 

Cette méthode  repose sur l’accueil des sentiments de chacun, l’écoute empathique, le respect des besoins de soi et de l’autre, des principes tels que la responsabilité en étant  partie  prenante sur toutes les situations vécues en utilisant le « JE », le respect de soi et de l'autre, le positionnement. 

La pédagogie de la communication bienveillante permet à ceux qui la pratiquent de vivre des relations saines, respectueuses, créatives et bienveillantes. Son application améliore la qualité de toute relation : relation à soi, relations entre parents et enfants, relations familiales, relations de couple, relations professionnelles, relations au sein de l'école, relations d'aide et d'accompagnement…

L’enjeu de la Communication Bienveillante est de permettre aux enfants, aux adultes et à nous-mêmes de grandir dans le respect de soi et des autres, à mieux utiliser les mots pour se dire plutôt que recourir à l’usage de la violence (le langage des maux !), à mieux se confronter à la réalité, au monde des adultes, aux autres enfants, à mieux se définir à partir de leurs ressentis et sensibilité, à oser restituer des violences (dans la bienveillance) qui ne sont pas bonnes pour eux. 

Permettre aux enfants d’aujourd’hui d’être les futurs citoyens responsables de demain et ainsi de mettre la BIENVEILLANCE dans les relations, dans le quotidien, dans la vie.

Exemple 1
Au lieu de dire

Un adulte à un enfant
« Tu m’énerves, arrête de taper Téo ou tu seras privé de dessert »

Proposition

« Quand JE te vois taper Téo, JE me sens énervé, tu peux être en colère contre ton frère, si tu veux taper, je te demande de le faire sur le coussin de colère…

Etre dans l’accueil de la situation en évitant, les menaces, la culpabilisation, les injonctions et les disqualifications, parler de SOI et non SUR l’autre

Exemple 2

Au lieu de dire

Un adulte à un enfant  ou un adulte a un adulte

« Tu es toujours en retard, tu m’exaspères »

Proposition

« Quand tu arrives avec  ½ heure en retard, JE suis inquiète, J’aimerai être averti lorsque tu as pris du retard, quelle solution peut-on envisager ensemble pour que cela change »

Accueil de la situation dans la bienveillance, essaie de trouver une solution