Textes à partager

Fil des billets

lundi, 21 novembre, 2011

Des trésors à partager

le_petit_prince.jpg


Lire la suite...

mercredi, 27 octobre, 2010

REFLEXION POUR GRANDIR ET VOIR AUTREMENT

Quand on frappe un animal, c'est de la cruauté

Quand on frappe un adulte, c'est une agression

Quand on frappe un enfant, c'est de l'éducation

Soyons responsables et faisons en sorte que nos enfants se construisent et se découvrent dans le respect et la bienveillance.

"Respect et tendresse sont les meilleurs compagnons d'évolution des enfants" Isabelle Filliozat (2008), dans Il n'y a pas de parents parfaits, Éditions J. LATTES

mercredi, 13 octobre, 2010

Y A PLUS DE JEUNESSE ! POUR SOURIRE ET MEME RIRE

" Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n'écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut être très loin"

Un prêtre Egyptien, 2000 avant JC

"Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du coeur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d'autrefois. Ceux d'aujourd'hui ne seront pas capables de maintenir notre culture"

Découvert sur une poterie d'argile dans les ruines de Babylone, au moins 1000 avant JC

"Je n'ai plus aucun espoir dans l'avenir de notre pays, si la jeunesse d'aujourd'hui prend le commandement demain, parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible"

Hésiode, poète grec, 720 avant JC

"Notre jeunesse aime le luxe, elle est mal élevée,  elle moque de l'autorité et n'a aucune espèce de respect pour le anciens. Nos enfants d'aujourd'hui sont des tyrans. Ils ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans la pièce, ils répondent à leurs parents et sont simplement mauvais"

Socrate, 470 - 399 avant JC

"Le père redoute ses enfants, le fils s'estime l'égale de son père et n'a pour ses parents ni respect, ni crainte. Ce qu'il veut, c'est être libre. Le professeur a peur de ses élèves. Les élèves couvrent d'insultes le professeur. Les jeunes veulent tout de suite la place des aînés : les aînés pour ne pas paraître retardataires consentent à cette démission. Et couronnant le tout, au nom de la la liberté et de l'égalité, l'affranchissement des sexes...."

Platon, 429-347 avant JC

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux l'autorité de personne, alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."

Platon (IVe siècle av. J.C.)